Les différents lieux dans lesquels vous pouvez choisir de donner naissance

Les lieux de naissance

En France, on compte plusieurs lieux possibles pour la naissance. La plupart des femmes ignorent qu’il existe d’autres alternatives que la maternité pour leur accouchement. C’est pourquoi aujourd’hui je vous présente les choix qui s’offrent à vous pour vivre ce merveilleux événement. Il n’y a pas une seule manière d’accoucher. Si certaines femmes se sentent plus à l’aise en milieu hospitalier, d’autres préfèrent donner naissance dans l’intimité de leur foyer. Quoi qu’il en soit, chaque femme souhaite accoucher dans le lieu qui les mettra le plus à l’aise, et pouvoir choisir en conscience.

La maternité – hôpital public

Si votre choix se porte sur une maternité pour votre accouchement, je vous encourage vivement à aller visiter plusieurs établissements, si cela vous est possible. Chaque structure a son propre protocole hospitalier, plus ou moins médicalisé et rigide, et je vous suggère d’aborder votre projet de naissance avec le personnel, pour savoir s’il a des chances d’être accepté , ou non. Prenez également le temps de vous renseigner sur les statistiques du lieu en termes de césariennes, épisiotomies etc. Malgré ces précautions, il est également probable que la gestion de la naissance soit différente suivant la sage-femme ou le médecin qui sera de garde à ce moment là, ce qui est malheureusement difficile à prévoir. Malgré la validation de votre projet de naissance et la manière dont vous aurez été préparée, il est possible que l’accouchement ne se passe pas du tout comme prévu, il faudra toujours garder cette idée en tête, et se préparer à toutes les éventualités, dans le but d’être le moins frustrée possible. Dans certaines structures, des salles natures, ou pôles physiologiques sont disponibles.
Les maternité sont classées par niveaux, ce qui correspond à leur capacité de prise en charge des bébés présentant certaines pathologies. D’autres sont labellisées et présentent certaines particularités.

Niveau 1

Les maternités de niveau 1 prennent en charge les grossesse à bas risque, c’est à dire qui ne présentent pas de danger particulier pour la mère ou l’enfant. Elles ne disposent pas de service pédiatrique, même si un pédiatre sera disponible pour examiner bébé durant le post-partum immédiat. En cas de pépin, il sera évidemment possible d’être transférée dans une maternité adaptée.

Niveau 2

Ces maternités proposent les même services qu’un établissement de niveau 1, mais gèrent également les naissance prématurées à partir de 34 semaines. Elles disposent d’un service pédiatrique ou néonatal. En cas de pépin, elles assureront un transfert vers un établissement de niveau 3.

Niveau 3

Elles disposent d’une unité de soins intensifs ou d’un service de réanimation néonatale. Ces maternités accueillent les femmes ayant une grossesse pathologique, mais également les grossesses dites « normales » si la future mère vit près de cet établissement. Il s’agit d’une structure adaptée pour les prématurés nés avant 34 semaines et pour les bébés nécessitant des soins particuliers ou une intervention chirurgicale.

Label « Ami des bébés » (IHAB)

Certaines maternité sont labellisées « Hôpital Ami des Bébés ». Ce label a été crée par l’OMS, l’UNICEF et l’Association Internationale de Pédiatrie en 1991. Il est accordé aux structures mettant en place des méthodes douces et naturelles autour de la naissance, et qui respectent ces 12 recommandations. Ces recommandations concernent notamment l’encouragement de l’allaitement et le peau à peau.

Les 3 principes de l’IHAB :
• Attitude de l’ensemble de l’équipe centrée sur les besoins individuels de la mère et du nouveau-né 
• Environnement et accompagnement en adéquation avec la philosophie des soins centrés sur la famille
• Travail en équipe et en réseau pour assurer la continuité des soins

Label CNGOF – Maternys

L’application du label Maternys est prise en charge par la société Persomed, qui travaille autour de l’information de la patientèle. Ce label a été développée par la plateforme Maternys, qui a pour but d’informer les futures mamans, pour le compte du CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français). Les établissements labellisés s’engagent à mettre la bien traitance des femmes au centre de leurs préoccupations.

Le but de ce label est de :
• Favoriser les meilleures pratiques de bientraitance
• Améliorer la transparence, en s’appuyant sur les 12 recommandations définies par le CNGOF

La maternité – clinique privée

Bon, c’est quand même un peu pareil qu’à l’hôpital, mais…
Les cliniques privées sont souvent mieux équipées que les maternités de l’hôpital public. Les soins sont souvent plus personnalisés, et le confort y est plus grand, on aura plus de chances d’y avoir une chambre individuelle par exemple.
L’inconvénient, c’est le coût de cette prise en charge, les dépassements d’honoraires sont souvent très élevés. La clinique privée n’est clairement pas accessible à toutes les bourses. Je vous suggère de consulter votre mutuelle avant de vous orienter vers cette structure.

Le plateau technique

Si votre choix se porte sur l’accompagnement d’une sage-femme libérale, et que vous souhaitez donner naissance de manière physiologique, sans péridurale, le plateau technique est une bonne option.
Le plateau technique est une salle d’accouchement, en structure hospitalière, louée par une sage-femme libérale. Cette salle dispose du matériel nécessaire à une naissance naturelle, et il sera possible de bénéficier d’une aide médicale si cela s’avère nécessaire.
Pour pouvoir profiter de cette option, il faudra que votre accouchement soit à bas risque, et que votre sage-femme puisse avoir accès à l’une de ces salles. C’est une option particulièrement intéressante lorsqu’on sait qu’à l’hôpital public, une sage-femme peut avoir jusqu’à 6 naissances à gérer à la fois. En plateau technique, votre sage-femme libérale s’occupera uniquement de vous.
En revanche, il faut savoir que la naissance en plateau technique est peu pratiquée, en effet, peu de maternités acceptent la présence de personnels libéraux. Seulement 38 sages-femmes libérales proposent ce service.
Il faudra également anticiper l’aspect financier. Les sages-femmes pratiquant en plateau technique doivent louer la salle, et avoir une assurance spécifique. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour savoir ce qui sera, ou non, pris en charge, pour éviter toute mauvaise surprise.

La maison de naissance

Alors, ça, c’est beaucoup trop bien. Mais malheureusement il y en a seulement 9 en France…
Les maisons de naissance sont placées sous l’entière responsabilité des sages-femmes. Ces lieux sont aménagés de sorte à devenir conviviaux, chaleureux, et pour accueillir une naissance physiologique, avec l’accompagnement de votre sage-femme. Encore une fois, il faudra présenter une grossesse à bas risque pour pouvoir bénéficier de cette option. La naissance est accompagnée d’une manière moins intrusive, plus douce. Les maisons de naissance sont situées dans l’enceinte de structures hospitalières, ce qui permet d’avoir accès à des médecins en cas de nécessité, et d’être transférée en plateau technique.
Ce système est en cours de pérennisation, de nouvelles ouvertures de maisons de naissances sont prévues dans les années à venir.

La naissance à domicile

Eh oui, on en parle beaucoup moins, mais vous pouvez accoucher chez vous, si vous êtes en situation de grossesse à bas risque et que vous vivez non loin d’un hôpital, prêt à vous recevoir en cas de pépin. Même si accoucher à domicile ne présente pas plus de risque que d’accoucher à l’hôpital.
Dans les années 50, plus de la moitié des naissances avaient lieu à domicile. Dans les années 60, les accouchements se font plutôt en structures hospitalières. Aujourd’hui encore, cette pratique reste minoritaire, voire marginale. L’accouchement à domicile est bien plus pratiqués dans d’autres pays comme le Royaume-Uni. Chez nous, on a difficilement accès à l’information à ce sujet, puisque la plupart des médecins ne l’étudient pas. En France, peu de sages-femmes libérales proposent d’accompagner les AAD, puisque l’assurance nécessaire coûte excessivement cher. Celles qui le pratiquent tout de même (bravo à elles) doivent le plus souvent agir dans l’illégalité.
Pourtant, l’accouchement à domicile est sans doute la meilleure option pour faciliter une naissance physiologique, car ce lieu réuni toutes les conditions nécessaires au bon déroulement d’un accouchement. Vous pourrez adapter votre cocon selon vos désirs, régler l’intensité de lumière, vous entourer des parfums qui vous apaisent, vous déplacer comme vous le souhaitez, passer des moments en toute intimité avec votre compagne, vous vous trouverez dans le lieu dans lequel vous vous sentez le plus en sécurité… La liste des avantages est immense, et j’espère vous proposer très bientôt un article plus complet sur ce sujet.
Encore une fois, cette option dépend de votre situation, il faudra présenter une grossesse à bas risque. Il faudra également anticiper des dépassements d’honoraires pouvant être importants. Je vous invite à vous renseigner auprès de votre mutuelle.
Le personnel médical soutient rarement cette pratique, ce qui peut amener des difficultés à trouver une maternité pour nous accueillir en transfert en cas de besoin. Veillez à bien vous renseigner en amont auprès des structures alentours.
Je vous invite à cliquer, pour en apprendre plus sur l’AAD :

Vous l’aurez compris, il existe différentes options concernant votre lieu d’accouchement. Peu importe vers quels lieux votre choix se portera, je vous invite à les visiter en amont, à poser beaucoup de questions au personnel de santé, à discuter de votre projet de naissance et à vous orienter vers ce qui vous mettra le plus à l’aise. Quel que soit le lieu que vous choisirez, vous aurez plus ou moins de chances pour que votre doula soit acceptée, renseignez-vous en amont.
Pour aller plus loin et bénéficier des plus de conseils, lisez cet article, au sujet de l’accompagnement type doula. Ou vous pouvez directement me contacter ici

Si cet article vous a aidé à y voir plus clair, je vous invite à vous abonner au blog pour ne rien rater des prochains articles!

Comments (10)

  • Valériane

    at

    Super cet article nous donne toutes informations pour connaître les différents endroits de naissance merci !

    1. doulanaissance

      at

      De rien, merci à toi!

  • Angèle de L’Essentiel des Parents

    at

    Bonjour Claire, wow ! Merci pour cet article complet qui donnera plein de billes aux nouvelles mamans.
    Je ne connaissais pas le label IHAB.
    J’avais entendu parler du plateau technique, mais j’avoue que jusqu’à ton article, je ne comprenais pas bien de quoi il s’agissait (ou alors j’avais oublié).

    Pour les maisons de naissance et même l’accouchement à domicile, QUI bien donc décide quand tu parles de « présenter une grossesse à bas risques » ? Même si je saisis absolument la nécessité vitale de la sécurité de la mère et l’enfant dans la mise au monde, je me pose toujours la question de qui s’attend à ce qu’on lui rende individuellement des comptes…

    Par rapport à l’AAD, j’ai écouté dernièrement un super épisode du podcast Histoires de Darons, d’un papa qui témoignait de leur AAD. Magique et philosophique. Je te le recommande (c’est l’épisode « Alexis »)

    Pour revenir à l’hôpital, oui je pense aussi qu’il est important de se renseigner sur la politique de césarienne, afin d’éviter tous les abus qui existent à ce niveau.
    Ma soeur témoigne sur le blog de son accouchement voie basse alors qu’on lui programmait une césarienne.
    Pour ma part, j’ai eu l’immense bonheur de faire tout le travail à la maison et d’arriver à la maternité pour la fin (ayant une cloison utérine et la tête de bébé pas assez inclinée pour mon bébé en siège, j’ai eu une césarienne-urgence).

    Pour compléter ton premier point sur la visite de plusieurs maternités, ce que j’ai fait quand j’étais enceinte a été d’appeler des connaissances tout juste mamans et leur demander leur témoignage. Une de ces personnes avait accouché dans la maternité près de chez moi et m’a fait un bon retour sur leur salle naissance et je n’ai pas été déçue non plus de cette maternité (même si finalement je n’ai pas vu la couleur de cette salle – j’ai eu mieux 😉 )

    Voilà pour ma contribution ^^
    Je m’en vais feuilleter les 12 recommandations IHAB et le site AAD.

    Au plaisir,
    Angèle

    1. doulanaissance

      at

      Bonjour Angèle,

      Je te remercie infiniment pour ton retour, très riche!
      Je suis ravie de t’avoir fait connaître le label IHAB! Je n’ai assisté qu’à un accouchement dans une maternité portant ce label, et c’était vraiment une très belle expérience.

      Pour la grossesse à bas risque, chaque lieu a ses propres critères, si tu as besoin de les connaître n’hésites pas à m’écrire, c’est précis. Par exemple il ne faut pas que bébé se présente en siège, pas de grossesse gémellaire…

      Je n’ai pas encore écouté l’épisode d’Histoires de Darons, mais c’est prévu, je suis une fana de témoignages, héhé.

      Tu as eu beaucoup de chance de vivre le travail à la maison! C’est le top pour que bébé vive bien la césarienne! D’ailleurs Michel Odent en parle dans le podcast de La Matrescence.

      Merci pour ton témoignage, j’en suis tellement friande 🙂

  • Marion G

    at

    Hello. C’est un bel article très complet. Les maisons de naissance me feront toujours rêver je crois. ^^

    1. doulanaissance

      at

      Comme je te comprends! J’espère les voir bientôt se multiplier!

  • Barillot Angélique

    at

    Bel article ,très complet!

    1. doulanaissance

      at

      Merci beaucoup Angélique!

  • Thibaut Prats

    at

    Merci Claire pour cet article !

  • La valise de naissance – Doula Naissance

    at

    […] simple d’élaborer votre liste pour la valise si vous avez pris le temps de visiter votre lieu de naissance, ainsi vous saurez quel matériel ils laissent à disposition, et ce qu’il vous faudra […]

Laisser un commentaire

Article précédant

22 raisons de s'accompagner d'une doula

Article suivant

Comment l'hypnothérapie vous prépare à la naissance