Doit-on attendre trois mois avant d'annoncer sa grossesse ?

Le Secret du premier trimestre

Bien le bonjour! Aujourd’hui c’est le Solstice d’été, le jour le plus long de l’année,
alors j’espère qu’il t’apportera de belles énergies! ☀
Et je te souhaite un joyeux Litha si tu célèbres cette fête! 🔥
Si tu connais un peu ce solstice, tu sais qu’il représente notamment la femme enceinte.
J’ai donc décidé d’aborder le premier trimestre de la grossesse, et plus particulièrement le secret qui l’entoure.

Souviens-toi, du moment où tu a appris que tu étais enceinte

T’as jeté un coup d’œil sur ton “test à pisse” (oui, j’aime le glamour), et ton cerveau a bugué quelques secondes. 🤯
Si cette grossesse était espérée, tu as sans doute été folle de joie, t’étais hyper émue,
et t’as eu envie de le hurler au monde entier.
“Je porte la vie bordel de zut! Je vais être maman!!! Vénérez-moi, j’suis une putain de déesse” 🎉
(Ben oui, parfois on s’emporte un peu, c’est pas bien grave 😁)
T’en as probablement parlé très rapidement avec la personne qui partage ta vie. Et puis…
Merde! Tu t’es calmée direct, et tu t’es demandé quoi faire. T’es restée plantée là, avec la tête toute embrouillée.

Combien de fois t’as entendu dire qu’il ne fallait pas en parler avant la fin du premier trimestre ?

Là, tu comptes sur tes doigts. Et tu réalises que t’en as pas assez. T’as entendu ça un million de fois.
Et quand tu te pointes chez ton médecin avec ton test sanguin positif, parfois il te félicite,
mais souvent il te conseille de quand même pas trop t’emballer.
En effet, si les gens nous rabâchent ce fameux “Il ne faut rien dire avant 3 mois”, 🤫
c’est parce que durant ce premier trimestre, il y a des chances que la grossesse ne tienne pas.

Du coup tu dois traverser ce premier trimestre toute seule ?

D’abord, s’il y a un.e coparent, tu peux au moins partager a avec ielle, évidemment.
Et puis, tu peux en parler avec ton médecin, ta sage-femme, ta doula
Du coup, je te suggère de prendre le temps de choisir des personnes à l’écoute,
et bienveillantes pour suivre ta grossesse.

C’est tout ?!

Ben après c’est à toi de peser le pour et le contre.
Tu peux en parler à qui tu veux, c’est ton choix, l’important c’est que tu sois à l’aise avec.
Alors je te conseille de te poser les questions suivantes :

  • Avec qui ai-je envie de partager cette joie/ces inquiétudes/cette grande nouvelle ?
  • S’il arrivait malheur, supporterais-je qu’on vienne me poser des questions, qu’on m’en parle ?
  • Et si cela arrivait, à qui aurais-je besoin/envie d’en parler ?
  • Aurais-je besoin qu’on me soutienne ? Si oui, qui et de quelle manière ?

Mon expérience

Moi, à la base, je me suis dis que j’attendais les trois mois. Point. ‘Pis j’me suis dis :
“C’est complètement con, si tu perdais ce bébé, tu en parlerais à ta mère et ta meilleure amie, c’est certain.”
Ouuuuh, un éclair de lucidité m’avait foudroyé! ⚡
Du coup, j’en ai parlé à ces deux personnes, en les prévenant que personne d’autre ne serai au courant,
et donc en leur demandant de garder le secret.
Je leur ai également précisé qu’il ne fallait pas s’emballer, qu’on ne savait pas ce qui pourrait advenir.

Bref, tu l’auras compris…
Il n’y a pas d’autres règles que celles que tu veux poser. C’est toi qui décides, l’avis des autres on s’en cogne.
Ce qui compte c’est toi, c’est TA grossesse, personne ne sait mieux que TOI ce qui est bon pour TOI.
Si tu veux rester muette jusqu’au jour de ta 12ème semaine, c’est très bien.
Si tu veux balancer ton test à pisse sur chaque personne que tu croises, c’est très bien aussi!
(enfin, la pratique risque de déplaire aux hygiénistes, peut-être que leur annoncer oralement suffira 🤣)

Viens me dire dans les commentaires de quelle team tu es!
Team : Tu peux me torturer je ne dirai rien!
OU
Team : Le monde entier doit savoir, immédiatement!
?

Et si cet article t’a plus, n’hésites pas à le partager ♡

Comments (4)

  • Valériane Theys

    at

    J’adore le ton utilisé de ton article 😀 Je n’ai pas encore d’enfant mais j’y pense beaucoup et j’en parle beaucoup avec mon compagnon. On en veut donc j’essaye de me dire que je laisserai l’enfant choisir quand il veut arriver sauf que je me bourre de croyances qui me stoppent. Ca ferait un super sujet d’article ça au fait ! Merci pour ton partage, je crois que si cela m’arrive je voudrais le partager avec mes proches bienveillants car je leur partage déjà toute ma vie hihi 😀

    1. doulanaissance

      at

      Tant mieux, j’avais tenté à un moment mais j’avais eu de mauvais retours, comme quoi j’étais trop familière.
      Puis j’me suis dis, merde, au moins je suis naturelle. Allé balek, au moins ça fait le tri dans mon lectorat, on ne peut pas plaire à tout le monde.
      Et je ne suis pas prof à l’université 😉
      Tu as envie de m’en dire un peu plus sur ce qui te stoppe ? N’hésites pas à m’écrire.
      Et du coup, quand tu seras ouverte à l’idée, je te suggère de commencer à te préparer, il y a des choses que l’on peut faire en préconceptionnel 🙂

  • Aline

    at

    Bonjour! Ahlala, ça me rappelle de bons et de moins bons souvenirs de lire cet article. Je n’ai pas du tout vécu, ni fait les choses de la même manière pour chacune de mes grossesses. Pour la première, j’avais moins d’appréhensions, je l’ai annoncé à mes parents, beaux parents frère, belle-soeur et meilleure amie très rapidement. Pour le deuxième j’ai attendu davantage mais je l’avais quand même dis à mon frère et à belle sœur que je considère comme une amie. Je n’ai pas réussi à leur cacher en réalité et puis j’en étais bien contente car finalement dès le deuxième mois j’ai fait un décollement du placenta qui m’a conduis plusieurs fois aux urgences de la maternité. J’ai eu besoin à ce moment là d’une oreille attentive et d’une personne bienveillante à mes côtés et ma belle-sœur a pu jouer ce rôle en plus du papa bien sûr! Du coup, je suis tout à fait d’accord avec toi. Il faut faire les choses comme on les ressent. Et clairement, annoncer les bonnes nouvelles c’est super, mais c’est aussi important de savoir vers qui se tourner quand on en vit de mauvaises et qu’on a besoin de se confier et d’être soutenue. Merci encore pour cet article.

    1. doulanaissance

      at

      C’est vraiment chouette que tu aies pu trouver le soutien dont tu avais besoin autour de toi, c’est tellement important!

Laisser un commentaire

Article précédant

Rapport au corps

Article suivant

Allaiter en public, pourquoi est-ce mal vu ?